Du froid, du blanc, de l’espace et du vent, l’ambiance est glaciale sur les monts d’Auvergne. C’est la « zone de combat », en lisière supérieure de la forêt, celle où les arbres dans leur grande majorité capitulent. Le lexique écologique, à défaut d’être poétique, est parfaitement descriptif: il révèle la lutte de ces arbres qui s’aventurent en altitude un peu plus loin que les autres. Ils courbent l’échine, plient sous la masse de la neige et du givre. Certains cèdent et tombent, d’autres se contorsionnent pour se protéger au mieux. D’autres encore résistent dans la beauté. La diversité des formes est prodigieuse. Ces sentinelles du silence forcent l’admiration.

LES SENTINELLES DU SILENCE rend hommage à ces arbres qui osent aller un peu plus haut que les autres, plus conquérants ou peut-être tout simplement plus curieux, à distance du confort de la forêt. Photographier ces arbres sculptés de neige et de givre n’est aujourd’hui plus seulement un hommage, cela devient aussi un témoignage. En effet, dans les montagnes d’Auvergne, comme dans bon nombre de montagnes d’altitude moyenne, l’hiver s’étiole et la neige disparaît peu à peu. Pouvoir admirer ces vaillantes silhouettes blanches devient un privilège, rare et éphémère.

  • Nom de l'exposition Les sentinelles du silence
  • Nationalité française
  • Site d'exposition La Banque, Coffre à Culture
  • Conférence Les sentinelles du silence, Dimanche de 11h30 à 12h30 à la Bourse